Patron Incognito, émission de téléréalité, diffusée sur la chaîne M6, obtient un vif succès d’audience, comptabilisant une moyenne 3 millions de téléspectateurs par épisode.

Sous le prétexte d’un documentaire sur un chômeur en réinsertion professionnelle, un patron se déguise pour effectuer plusieurs métiers de son entreprise. Formé  à différents postes de travail, par ses employés – qui ne le reconnaissent pas – le patron incognito peut ainsi établir un état des lieux de la bonne ou mauvaise exécution des procédures qu’ils a élaborées, sonder le climat social existant au sein de ses différentes structures et ainsi, mieux comprendre les difficultés rencontrées par ses équipes sur le terrain…

Cependant, en avançant masqué, le dirigeant d’entreprise manque d’une certaine loyauté vis à vis de ses collaborateurs.

Aussi, comme Louis XI, surnommé le « sournois »,

faut-il nécessairement se déguiser pour écouter ses équipes ?

 

Communiquer, c’est d’abord écouter ses collaborateurs…

En cette période de compétitivité territoriale accrue, il existe un levier simple de performance que certaines administrations savent utiliser à bon escient, afin de se démarquer ; il s’agit de prendre le temps d’écouter les collaborateurs, avides de bien réaliser leur travail et capables de faire partager leurs bonnes pratiques, de développer de nouvelles idées et de prouver leurs facultés d’initiatives.

Ce potentiel de performance reste aujourd’hui majoritairement inexploité car ceux qui organisent le travail ne sont pas suffisamment attentifs à recueillir ces expériences et à créer un environnement propice à l’échange.

En effet, la mise en place de telles pratiques nécessite un changement d’attitude de la part des managers. Il ne s’agit pas de se grimer ( !), mais de développer ses qualités de simplicité et d’humilité, pour ainsi créer un climat de confiance, de liberté de parole et considérer l’autre comme une personne à part entière.

De plus, pour que la confiance s’installe, il est nécessaire de balayer l’escalier par le haut, avec un dirigeant qui favorise la communication descendante, ascendante et transversale.

Enfin, l’intervention d’un consultant disposant d’une approche neutre, objective et bienveillante, peut grandement faciliter l’échange interpersonnel, inter-équipes et inter-services.

Le saviez-vous ?

Croisement entre la fréquence de la prise de parole du PDG et la confiance qu’on lui accorde :

Le PDG ne prend jamais la parole ?                              30% de confiance accordée
Le PDG prend rarement la parole ?                               49% de confiance accordée
Le PDG prend la parole de temps en temps ?                57% de confiance accordée
Le PDG prend souvent la parole ?                            70% de confiance accordée

   Enquête Harris Interractive – Juin 2013

 

Communiquer, c’est impliquer ses équipes…

Comme l’indique le graphique ci-dessus, la parole du « chef », fortement plébiscitée par le personnel, permet de développer la confiance.

Le Directeur  élabore un projet stratégique qu’il communique à ses collaborateurs, en montrant son engagement et ses convictions. Par la diffusion de messages compréhensibles par tous, le « patron » partage sa vision, pour ainsi impliquer ses équipes dans un projet commun.

Plus sa parole est sincère et proche des attentes des collaborateurs, plus elle sera convaincante.

Il est alors capable d’exercer une grande influence sur l’image que les collaborateurs se font d’eux-mêmes, sur leur plus ou moins grande souplesse au changement, sur la perception globale qu’ils ont de l’Organisation.

S’il est intimement convaincu de la nécessité du dialogue, à tous les niveaux de l’administration, le « patron » aura la volonté de mettre en œuvre une véritable stratégie de communication interne.

C’est la condition sine qua non pour que le manager communicant puisse se développer efficacement ses talents et compétences !

« Le vrai patron est quelqu’un qui se même passionnément de votre travail,

qui le fait avec vous, par vous ».

Jules ROMAINS