A l’aube des congés, de nombreuses personnes se sentent fatiguées.

S’agit-il d’une fatigue passagère ou serait-ce les premiers signes d’un burn-out ?

Les cas de burn out ne cessent de se multiplier et nous les croiserons tôt ou tard, de près ou de loin dans notre vie.Ce processus, considéré comme le mal du siècle, est lié à l’épuisement professionnel, et semble être le fruit de notre société qui avance à toute allure.

Le 18 Juin dernier, le Centre de Communication de l’Ouest organisait à Nantes un atelier éclairant, axé sur « Les clés du burn-out ». Véronique BOUQUET et Anne LEBOURGEOIS, co-fondatrices et gérantes de l’ESPACE FLORAL, et Véronique LEPEL-COINTRET, associée au sein du cabinet WIT ATLANTIQUE, ont présenté les principales caractéristiques du burn out, en ont expliqué les causes, tout en apportant des solutions.

Le saviez-vous ?

Un constat : la progression constante de la souffrance au travail 

  • Seulement 30% des salariés se rendent au travail avec plaisir
  • 41% déclarent qu’ils sont plus stressés qu’auparavant
  • 37% estiment que la charge de travail a augmenté
  • 40% reconnaissent une baisse de motivation dans le cadre de leur travail

Etude pour l’Institut Great Place to Work, publiée le 13 février 2014

 

Les conséquences se traduisent de la façon suivante :

  • Congés pour longue maladie
  • Manque d’efficacité au travail
  • Augmentation du taux d’absentéisme et du turnover
  • Image néfaste de l’entreprise

 Chaque année, le coût de la souffrance au travail représente entre 2,6% et 3,8% du PIB national.

   homme d'affaires

 Qu’est-ce que le burn-out ?

 L’épuisement professionnel est surtout connu sous l’appellation anglaise burnout. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».

Sournois, le burn-out projette une image intacte de la personne à l’extérieur (« comme si de rien n’était ») mais il procure un vide immense à l’intérieur (« je suis à bout »).

Masks with theatre concept

Dans les années 1970, on réservait l’expression aux employés du domaine de la relation d’aide, très engagés émotivement dans leur travail, comme les infirmières, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants. Maintenant, on sait que tous les travailleurs – de l’ouvrier au chef d’entreprise – peuvent être exposés au burnout, qu’il s’agisse des hommes autant que des femmes, toutes catégories d’âge confondues.

Le burn out n’est donc pas destiné aux personnes fragiles, mais à celles qui disposent d’une conscience professionnelle élevée, qui placent le travail au centre de leur vie et/ou qui ont le goût du travail bien fait.

Burn out ou dépression ?

 Le burnout est nécessairement lié au travail ; la personne se trouve toujours en situation de stress chronique.

Dans la dépression, le travail n’est pas la cause première, mais peut être un facteur aggravant.

Comment le burn-out se manifeste-t-il ?

 Selon les expertes nantaises, il existerait 4 étapes bien identifiées dans le processus du burn-out :

ETAPE 1 : « Je suis à 200 à l’heure ! »

La personne s’investit totalement dans son travail, ses horaires sont très larges et le travail représente le sujet de discussion omniprésent dans sa vie privée. Une certaine fragilité peut apparaître, avec une distanciation du reste de sa vie (famille, amis…)

ETAPE 2 : « Arrgh ! Je vais y arriver ! »

Les résultats obtenus ne se situent pas à la hauteur des attentes de la personne, qui redouble alors d’efforts, en travaillant le soir et le week end. Son niveau d’énergie tend à baisser et sa confiance peut être fragilisée. Ne souhaitant pas que les autres s’en aperçoivent, la personne se distancie peu à peu dans la relation professionnelle.

 ETAPE 3 : « Carton rouge ! »

Les résultats n’étant toujours pas à la hauteur des attentes de la personne, s’installe alors une grande déception, une certaine désillusion, voire une rupture avec l’environnement professionnel. N’ayant plus le cœur à l’ouvrage, la personne continue cependant à travailler d’arrache-pied.

Elle manifeste des comportements de dysfonctionnement au sein de l’entreprise : irritabilité, impatience, cynisme, anxiété ou anesthésie émotionnelle, et peut alterner, chaque jour, entre stimulants et somnifères.

ETAPE 4 : « Au bout du rouleau »

Si elle ne se ressaisit pas à temps, la personne sombre alors vers l’épuisement physique et mental ; découragée, elle perd tout intérêt au travail. Sans réserve, elle n’est plus capable de travailler, ressentant une perpétuelle angoisse.

Pendant des années, la personne peut stagner aux niveaux 1, 2 ou 3 du processus.

Arrivée à l’étape 4, elle devra passer par une longue reconstruction, nécessitant un arrêt de travail d’une durée moyenne de 6 mois… si elle ne passe pas à l’acte irréparable : le suicide.

 300 suicides liés au travail sont répertoriés chaque année.

Source : INSERM

Comment expliquer le burn-out ?

Cause unique du burn-out, le stress est comparable à la pédale d’accélérateur d’une voiture sur laquelle nous appuyons continuellement. Résultat : en ayant toujours le pied sur le plancher, nous finissons par tomber en panne de voiture !

C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de nous octroyer des pauses. Comme nos téléphones portables en mode recharge, nous devons retrouver l’équilibre, en nous reposant, en vidant notre tête et en récupérant réellement.

Alors, comment vous sentez-vous ?

 Si vous avez perdu votre énergie physique au travail, si vous avez déshumanisé vos relations professionnelles et extra-professionnelles et si vous avez le sentiment de ne plus accomplir vos missions, attention danger ! Vous risquez de vous effondrer d’un moment à l’autre.

A fortiori, nos expertes nous invitent à remettre en perspective notre relation au travail, avec les questions suivantes :

  • Qu’est-ce que m’apporte mon travail ? Est-ce que je me réalise ?
  • Est-ce que cela a du sens ? Est-ce que je me sens utile ? A quoi je contribue ?
  • Quelles sont les relations attendues et existantes avec les collègues ?
  • Quel temps pour moi ? Ma famille ? Quels souhaits ?
  • En dehors du mon travail, quelles sont mes raisons d’exister ? Quels sont mes critères de réussite ?

 Ce check up peut arriver à point nommé en cette période estivale, afin de se ressourcer physiquement et mentalement, avant de repartir du bon pied à la rentrée !

businessman jumping