Il est vital aujourd’hui qu’une organisation sache évoluer, changer vite et bien dans une économie mondialisée où le temps s’accélère. Or, la mise en œuvre d’un nouveau projet suscite des réactions classiques de résistances propres à tout changement. Et les managers s’aperçoivent que les  représentations mentales de leurs collaborateurs évoluent plus lentement.

 

Alors, comment gérer les résistances au changement ?
Le saviez-vous ?
· 85% des managers considèrent le management du changement comme un facteur de succès
.
· 53% estiment que le manque de préparation constitue la principale difficulté rencontrée lors d’un projet. La pédagogie reste donc le parent pauvre de la conduite de changement et le manque de communication constitue le risque premier d’échec, même pour un projet bien ficelé.
.
· Moins de 10% d’un budget d’un projet est en moyenne consacré au management du changement.
.
Premier benchmark sur les enjeux et pratiques du management du changement, réalisé auprès de 100 entreprises et administrations françaises
Etude Trexia – JND – Octobre 2012
.
La mission de la communication consiste à informer les personnes et leur expliquer le bien fondé du changement, pour ainsi leur donner une vision commune des objectifs à atteindre et obtenir leur adhésion au projet.
.
.
Comment y parvenir ?

.

Etape 1
Préparer la communication autour du changement
• Mettre les informations en forme de manière compréhensive pour les collaborateurs : présenter le contexte, les intérêts, les enjeux, les bénéfices et les risques du projet
• Situer le projet dans le temps, en indiquant principales étapes de réalisation, via un rétroplanning
•  Déterminer les points qui suscitent craintes et/ou interrogations auprès des personnes
•  Rechercher des alliés, porteurs du projet et relais crédibles prêts à défendre le projet
.
Etape 2 
Vivre un temps fort en communiquant autour du changement
·  La présentation du projet est synonyme de temps fort, en terme de synergie d’équipes car cet événement réunit les hommes et les femmes pour favoriser les échanges, les relations et la convivialité.
·  Il permet également de mettre en valeur un message particulier et ciblé, porteur de sens, dans un cadre festif.
·  Une démarche réflexive et participative peut ensuite permettre aux personnes de s’approprier les grandes orientations du projet. L’objectif est de libérer la parole afin d’encourager l’initiative et l’engagement personnel et de développer une réflexion collective.
.
Etape 3
Valoriser le projet
· Communiquer auprès des collaborateurs : favoriser les suites à donner par la production de document de synthèse
· Bénéficier du soutien des relais d’information : leur fournir les moyens de promouvoir efficacement le projet : argumentaire, réponse aux objectifs, document de présentation…
· Baliser l’avancement du projet : apporter des repères qui permettent de mesurer le chemin parcouru en réalisant des supports régulièrement actualisés 
Gérer le changement et les résistances qu’il génère nécessite d’identifier les émotions, de les reconnaître comme légitimes, pour ainsi mieux les réguler. La performance d’une équipe passe par cette dimension émotionnelle, où les personnes osent exprimer leurs peurs et formaliser sans crainte leurs besoins, à savoir : comprendre et être rassuré.
 .
.
Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va.
Sénèque
Les gens ont soif de considération bien plus que de mérite.
Hervé Bazin