Le travail évolue, les organisations se transforment rapidement… Les risques professionnels aussi. Depuis une vingtaine d’années, le stress et les risques psychosociaux sont progressivement apparus comme des sujets majeurs de la vie au travail.

Les pouvoirs publics se sont mobilisés…

De nombreuses initiatives ont été menées par le gouvernement, telles que des travaux parlementaires, comportant des rapports de réflexion sur la souffrance au travail, ou des plans « Santé au travail », dont le troisième initié pour la période 2016-2020, avec l’appui de l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) et de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et des services de santé au travail).

Ajoutons que le dispositif juridique français dispose d’un arsenal assez dense en matière de prévention et de protection des salariés ; l’employeur est tenu responsable, à l’égard de son personnel, d’une obligation de résultat en matière de santé au travail, notamment via la formalisation du document unique d’évaluation des risques (DUER).

 

… Les Organisations ont agi efficacement

L’étude Qualité de vie au travail (QVT), publiée le 4 Octobre 2017, par Malakoff Médéric le prouve : 71% des salariés et 96% des dirigeants estiment que la QVT est bonne, voire très bonne !

Ainsi, la fatigue physique sur le lieu de travail diminue.

Evolution en 8 ans

2009

2017

Le travail est physiquement fatigant

54%

45%

Le travail est nerveusement fatigant

72%

67%

Les gestes de travail sont répétitifs

39%

31%

La posture de travail est pénible

34%

29%

Ces 8 dernières années, les Organisations privées et publiques ont mené un certain nombre d’actions de prévention des risques physiques liés à l’activité de travail. Et leurs efforts ont porté leurs fruits ! BRAVO !!!

QualiteDeVieTravail_Malakoff-Mederic

 

Une bonne note, accompagnée d’encouragements…

L’étude Malakoff démontre que les axes de progression se situent aujourd’hui dans les aspects relationnels, de reconnaissance et d’équilibre des temps de vie.

Les principaux déterminants de QVT

Salariés

Dirigeants

1.    Ambiance et relations avec les collègues

49%

53%

2.    Rémunération globale

40%

52%

3.    Reconnaissance au travail

38%

40%

4.    Conciliation vie professionnelle/vie personnelle

37%

15%

 

Ces résultats reflètent les travaux réalisés depuis 8 ans sur la nécessité d’aborder la démarche de QVT par la qualité de l’activité managériale :

  • Préparer et former les managers à leur rôle, anticiper et prendre en compte l’impact humain des changements (rapport « Bien-être et efficacité au travail » de 2010)
  • Promouvoir chez les cadres une culture et des pratiques managériales indispensables à la conduite de changement (circulaire de la gestion des cadres de la fonction publique de 2015)
  • Combler le fort déficit en France concernant la qualité du management : autonomie des salariés, encadrement des managers, organisation du travail (6e enquête européenne des conditions de travail réalisée par la Fondation de Dublin en 2015)
  • Intégrer, dans les formations managériales existantes, des modules portant spécifiquement sur les relations sociales (rapport du CESE sur le dialogue social de 2016)

En effet, pour rendre les collaborateurs satisfaits sur leur lieu de travail, il ne suffit pas d’instaurer une démarche sécurité physique au travail. Il est nécessaire de se questionner en termes de culture interne, de management et de relations professionnelles.

Alors, poursuivons nos efforts ; concilions performance et bien-être au travail, afin d’augmenter la compétitivité de nos Organisations !!!