Il est bientôt minuit…

Assise au milieu de dizaine de parisiens, je voyage à bord du RER A1, direction St Germain en Laye.

Vivement mon lit ! Passé la journée à Strasbourg, demain à Angers…

Voisins et voisines semblent partager mon impatience : yeux fatigués, cernes bien marquées, regards vides, nous nous laissons porter de gare en gare, pour nous engouffrer un peu plus dans la nuit noire.

C’est à peine si nous remarquons l’arrivée d’un clochard – un de plus – guitare à la main.

Quelques notes de musique ; un timbre mélodieux.

Premières paroles ; la voix de Joe Cocker.

Des sons justes et harmonieux arrivent jusqu’à nos oreilles.

Un air doux et chaleureux envahit peu à peu tout l’espace.

L’intention du clochard saute aux yeux ; celle de montrer son coeur rempli d’Amour.

Les mâchoires se dessèrent, les premiers sourires apparaissent.

Nos regards convergent en direction du musicien-aimant.

Une chanson, puis deux, puis trois. Encore, encore !

Ce wagon rempli d’anonymes se transforme en un véritable lieu de communion.

Cadeau inoubliable !

Puis le magicien s’arrête.

Sa cagnotte déborde rapidement de pièces et billets.

Le public ne s’y trompe pas : de larges sourires et des yeux pétillants inondent de joie le musicien clochard.

Avant de quitter le wagon, il nous adresse un dernier message :

« Ca vous fait du bien, hein messieurs dames ? Bonne soirée à vous ! »

Et le train repart, s’enfonçant encore plus dans la nuit noire, direction St Germain en Laye, avec à bord de l’un de ses wagons, des passagers au coeur léger, prêts à passer une nuit paisible !